Petit Rhinolophe


Le Petit Rhinolophe : en sommeil, il "s’emballe" dans ses ailes (photo : P. Jourde)

 

STATUT

  • Annexe II et IV de la directive Habitats-Faune-Flore CEE 92/43 - espèce de conservation prioritaire
  • Protégé au niveau national
  • Liste Rouge Mondiale : Vulnérable
  • Liste Rouge Nationale : Vulnérable

 

REPARTITION

En France : Espèce largement répartie mais en forte régression. Rare dans le Nord. Carte de sa répartition en France (Muséum national d’Histoire naturelle [Ed]. 2003-2006 . Inventaire national du Patrimoine naturel)

Sur le site Natura 2000 : Espèce présente dans le secteur de Saint-Fort-sur-le-Né et angles, dont l'église abrite une colonie de reproduction regroupant une vingtaine de femelles.

 

DESCRIPTION

  • Taille : 4 cm de long et 24 cm d’envergure.
  • Poids : 5 à 9 grammes
  • Appendice nasal en forme de fer à cheval
  • Pelage gris blanc à gris brun. S’enveloppe totalement dans ses ailes au repos.
  • Longévité : 21 ans

 

HABITATS FREQUENTES

En période de reproduction, le Petit Rhinolophe s’installe dans des bâtiments (combles, chaufferies, granges) ou cavités souterraines chaudes. Les terrains de chasse se situent dans des bois caducifoliés, des prairies bocagères pâturées ou des ripisylves situés dans un rayon de 2-3 km autour de la colonie d’été (1 km chez les jeunes). En hiver, il s’installe dans des cavités souterraines naturelles ou artificielles (caves, celliers), non dérangées.

 

BIOLOGIE

Reproduction

Les colonies sont généralement composées de quelques dizaines d’animaux (rarement plusieurs centaines). L’accouplement a lieu en automne/hiver et la naissance de l’unique petit en juin. Il est allaité par sa mère pendant 30-35 jours.

Hibernation

Hiberne d’octobre à avril, de façon isolée ou en colonies lâches. Ne forme pas d’essaim.

Technique de chasse

Les Petits Rhinolophes chassent en vol près de la végétation en repérant leurs proies grâce à un système sonar très performant. Pour se déplacer, ils longent les haies et les lisières de bois et ne s’aventurent pas à découvert.

Alimentation

Petits insectes capturés dans la végétation, en fonction de la saison et de l’abondance : papillons, moustiques et tipules, phryganes, chrysopes, sialis et fourmilions.

 

MENACES

  • Dérangement des animaux en période d’hibernation ;
  • Fermeture des accès aux gîtes de reproduction ou disparition de ceux-ci ;
  • Modification des habitats d’alimentation (régression des haies et des pâtures au profit de l’agriculture intensive) ;
  • Disparition des proies par l’utilisation massive de pesticides.

 

QUE PUIS-JE FAIRE POUR LE PRESERVER ?

  • Préserver la tranquillité des zones d’hibernation (anciennes carrières de pierres, grottes...), éventuellement par la pose de grille sur les sites importants ; La pose d'une grille est éligible en Contrat Natura 2000, renseignez-vous auprès de l'opérateur Natura 2000
  • Garantir la pérennité et l’accès des sites de reproduction (greniers, combles...)  : ne pas obstruer les entrées, poser des chiroptières ("nichoirs" à chauve-souris)... ;
  • Maintenir ou restaurer les habitats d’alimentation (pâtures, bocage, bois) : conserver les haies ou en replanter, préserver les prairies naturelles fleuries, bannir l'utilisation des produits phytosanitaires et autres insecticides...